Lettre de réclamation d’un usager

N’hésitez pas à nous envoyer vos courriers adressés à la SNCF, cela fait des émules !

Bonjour Messieurs,

Je profite de ce courrier d’excuse public de Mr Guillaume PEPY pour vous faire part du mécontentement qui est le mien et celui de la majorité de vos "clients" sur le réseau est.

En raison du tapage médiatique qui a été fait autour des 26h00 de galère des "clients" du train  Strasbourg – Port Bou, vous vous êtes senti obliger de présenter vos excuses et de proposer un dédommagement.

Mais il s’agit d’un cas isolé; Que faîtes vous des personnes qui voyages tous les jours dans des conditions indignes pour un pays développé comme le notre !

Je suis salarié d’une grande entreprise privée, basée à PARIS la Défense, J’habite dans la Marne et j’empreinte la ligne DORMANS – PARIS  tous les jours depuis plus de 20 ans.

Depuis de nombreux mois (et régulièrement de manière cyclique…), La qualité du service vendu n’est pas aux rendez-vous.

· Vous vendez à des prix d’abonnement toujours plus importants, un service que vous n’êtes pas capable de fournir.

· Vos trains sont vétustes, et mal entretenus,

· Vous nous faites voyager dans des conditions non sécurisées, les portes ne se ferment pas, les vitres sont brisées, certaines rames sont sans chauffage.      

· Vos trains ne sont pas à l’heure où supprimer pour des raisons "fantasques" (conditions climatiques, absences de locomotives, absences de conducteurs…),

· Du fait du non investissement en moyens (humains et financiers), la maintenance est mal faite ou pas faite du tout et donc les rames ou autres locomotives tombent ou restent en panne.

· Vous n’êtes pas capable de maitriser une grève (qui doit rester un droit) et fournir un service minimum garanti.

· Vous ne mettez en place aucun plan d’action probant d’amélioration de la prestation fournie, vous vous réfugiez derrière les pouvoirs publics de l’état, ou les conseils régionaux, tout en gonflant votre chiffre d’affaire sur le dos des "pigeons" voyageurs par l’intermédiaire des abonnements.

· Chaque jour des milliers de personnes sont prises en otage par vos services.

· Chaque jour des personnes risquent de perdre leur emploi à cause de vous et de vos services (et ne me dîtes pas que leurs patrons sont des voyous qui ne pensent qu’a leur "business" ce serait selon l’expression bien connue : "L’hôpital qui se fiche de la charité").    

· Chaque jour en raison de la suppression du train que j’empreinte habituellement je suis en retard d’une heure à mon arrivée au travail

· Chaque jour vous m’obligez à quitter mon travail une heure plus tôt pour prendre le seul train planifié (sur  les 4 habituels), et ce dans des conditions (je le répète) indignes, je voyage parfois debout ou assis par terre car la composition de ce train est réduite (comme vu plus haut du fait de la non maintenance des équipements)  malgré un nombre de clients plus importants (encore une logique financière ??).

· Vous êtes incapables de prendre un engagement quant à la date de retour à un service normal.

Est-ce que tous ces points sont suffisants pour obtenir vos excuses ?

Est-ce suffisant pour obtenir un remboursement de mon abonnement mensuel  (230 €), qui ne baisse pas en fonction de la baisse de qualité de vos prestations.

Estimez-vous normal de payer à ce prix (2530 € sur 11 mois)  la non qualité ?

Vous avez-mis en place des actions a postériori (information par SMS ou email des retards et annulation de train), Qu’avez-vous mis en place comme actions préventives ? 

Allez-vous vous excuser dans la presse à chaque jour de retards ?

Certes les retards "habituels" n’excèdent pas 10 minutes, mais multipliés par le nombre de "clients" que vous transportez cela représente combien ? Faîtes le calcul du temps perdu.

Pensez-vous être crédible ?

Sur qui allez-vous rejeter la faute ?  Les syndicats ?  L’état ? La météo ?  Vos "clients" ?  Je vous précise  qu’il n’y a personne sous l’emprise de l’alcool dans le train que j’empreinte chaque jour.

Allez-vous écouter, comprendre, et analyser ce qui se passe ?

Faut-il que la presse soit avertie pour montrer que chaque jour votre société n’est pas à la hauteur.

Je vais faire suivre cet email au niveau des instances régionales, l’étape suivante est la presse, avant d’envisager d’autres actions.

Merci de ne pas me répondre en indiquant ce que vous allez-faire, mais répondez moi en indiquant ce que vous faites, avec des actions mesurables.

Réveillez votre société : Passez du monde de la promesse à celui de la preuve si vous voulez retrouver une crédibilité.

Il est acceptable, dans la mesure des moyens de chacun et de façon équitable, de payer pour avoir une prestation de qualité, mais il est inadmissible de payer pour un service et une qualité dégradée.

Et tout ceci est de votre responsabilité.

Cordialement,

3 réflexions sur « Lettre de réclamation d’un usager »

  1. Bonjour Madame,Monsieur,

    JE m’adresse à la SNCF .
    J’ai 55 ans et je suis client à la SNCF depuis que je suis enfant.
    J’ai connu les poinsonneurs ,métier ou la personne restait assisse avant le quai pour poinsonner les tickets.

    La SNCF n’a pas tellement évolué depuis que l’aprés guerre dans ses structures archaique de controle et d’achat de billet.
    Une fois que l’on achéte un titre de transport ,on est pas tranquille pour autant car il suffit de ne pas le poinssonner son ticket par oubli ou par temps et voila “le controlleur” qui va pouvoir mettre une amende.
    Cela a du m’arriver je ne sais combien de fois avant d’acquérir ce réflexe,mince ou es mon billet ,l’ai bien poinssonner?
    On se sent pas à l’aise à l’approche des controlleurs,presque coupable quand il vous controle comme des agents de police sans lire du Kafka,mais cela fait bien penser a un pays de l’Est en tout cas.
    Ca y est, voila maintenant que c’est maintenant le cas de mes enfants qui se font avoir avec des billets non poinsonnés.
    Va t’on poubvoir un jour acheté un billet sans avoir a le poinssonner et d=se sentir à l’aise dans le train à l’approche de
    ces agents verbalisteurs?
    Entre les controleurs et la police qui verbalise sur la route et bien on est encore au moyen age.La bourse ou la vie!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *