Près de 400 voyageurs bloqués entre Epernay et Dormans Un train d’enfer à la SNCF

Retrouvez ci-dessous l’article publié dans l’Union du 28 décembre 2010 :

PLEIN à craquer. Le seul train Ter de ce dimanche soir avait un petit côté « train de la mort ». Donc pas vraiment un bon souvenir… Plus de 400 voyageurs compressés, dont certains debout, faute de places assises, sont restés coincés à 300 mètres de la gare d’Epernay (durant plus d’une heure) sur le chemin de Paris. Joli cadeau pour une fin de week-end de Noël. À nous de vous faire préférer la voiture…

Trois trains en un

Tout commence en fin d’après-midi. « Nous avons eu pas mal de retard et d’annulations de trains à cause de la glace et des intempéries », explique Laurence Groslin, nouvelle directrice de communication à la SNCF. Résultat : un seul train (au lieu de trois en temps normal dans l’après-midi) pour récupérer tous les voyageurs entre Saint-Dizier et Paris, ce dimanche soir. « Déjà, en gare d’Epernay, le retard n’était pas annoncé, se souvient Marion Thomas-Mauro, graphiste sur Paris et passagère du train. C’était le seul Ter de l’après-midi, soit trois trains réunis en un. Je vous laisse imaginer. On était entassés pire que dans un métro ». Compressée, mais enfin dans le train qui la ramène chez elle, Marion souffle. Dans une grosse heure maximum, elle sera à Paris.

Une chute du circuit de freinage

C’était sans compter l’heure d’arrêt en rase campagne, à une centaine de mètres de la gare d’Epernay.

Le tout sans explication. « C’est l’agent de train qui doit communiquer dans ces cas-là. Visiblement, il s’agissait d’une chute sur le circuit de frein », assure Laurence Groslin. Une explication à laquelle les 400 passagers du train n’ont pas eu droit durant ce camping de soixante minutes sur la voie. « On n’a eu aucune explication. Entassés comme du bétail, des gens commençaient à paniquer. Certains étaient malades et étouffaient. C’était indécent » témoigne Marion. C’était aussi la magie de Noël…

Des clients entassés et mal informés

La vraie explication, la voilà. Mais trois jours trop tard… « Avec le froid, il y a eu beaucoup de trains qui sont arrivés avec 35-40 minutes de retard. Mais je ne peux malheureusement pas communiquer sur chaque cas », poursuit la directrice de communication. Logique.

Mais que fait l’agent de train, chargé des voyageurs ? « Il a souvent des demandes de partout, il réserve des taxis lors des retards, renseigne sur les correspondances », explique la communication de la SNCF.

Sur le terrain, c’est moins évident. « La seule chose que je reproche à la SNCF, c’est de ne pas nous avoir aiguillés. On n’est pas du bétail, on ne nous explique rien. C’est scandaleux ! » s’emporte la graphiste parisienne.

« L’agent de train a privilégié la sécurité à la communication. Il a fallu tester les freins de chaque wagon, d’où ce retard » poursuit la comm’de la SNCF. Résultat : prévu à l’arrivée à 20 h 45 à Paris Est, le Ter 839132 arrive en gare à 22 h 45.

En revanche, pas de souci : arrivé gare de l’est, les freins marchaient bien.

Mais pas sûr que cela calme les 400 voyageurs bloqués, entassés pendant plus de trois heures, sans explications de la part du personnel naviguant.

Stéphane GUERRINI

Le CDIU sort de son silence !

Vous trouverez, ci-dessous, les points principaux évoqués, dans un email adressé à TER PICARDIE, le 23 décembre dernier.

Bonsoir à tous

Je profite de ce nouvel email pour évoquer avec vous la situation actuelle sur la ligne TER CHATEAU-PARIS et je vous fais état des sujets de mécontentement des usagers.

Il faut tout d’abord évoquer l’incompréhension des usagers suite aux décisions de supprimer des TER pour remise en état du matériel sinistré par les intempéries des semaines écoulées.

1. pourquoi supprimer des trains pour pouvoir les réparer ? pourquoi après une période de retards de trains due à la neige, on répercute à nouveau sur l’usager des délais de réparation.

2. pourquoi après avoir restreint la desserte (soit un TER à 8 h et un TER à 18 h 35), on demande aux usagers d’emprunter les transiliens pour laisser la place aux voyageurs à destination des gares après CHATEAU-THIERRY, alors que l’abonnement utilisé est un abonnement régional PICARDIE et que de surcroit à 18 h 40 quand l’annonce est faite par le contrôleur, le transilien de 18 h 50 est largement bondé : c’est demander à un usager de quitter sa place assise dans un TER, pour aller s’entasser dans un omnibus s’il parvient à monter dedans : soyons réaliste !

Là encore l’afflut d’usagers sur ce TER de 18 h 35 les 21 et 22/12 était largement prévisible : ceux qui prennent habituellement 17 h 35 ont effectué le report sur ce train et vu le nombre de voitures, l’entassement des clients était prévisible : les jours de grève ce type de TER est largement plus bondé et cela ne l’empêche pas de circuler il me semble. Par contre une simple annonce du contrôleur demandant aux usagers de s’avancer dans les couloirs centraux eut été plus judicieuse et aurait largement minimisé les conflits entre voyageurs castels et les autres.

3. pourquoi annoncer à l’avance une restriction de trains et envoyer des SMS contradictoires la veille (soit mardi soir en l’occurence) qui annoncent un retour à la normale : si on s’inscrit sur un service d’alerte par SMS sur un trajet donné, c’est pour recevoir une information de qualité et fiable – Le CDIU a d’ailleurs rappelé sur son site que ce service existait pour améliorer son information. Ce soir j’en doute vu le nombre de remontées négatives que j’ai pu avoir.

J’avoue avoir un peu de mal à répondre aux questions des usagers et j’attends que vous m’aidiez sur le sujet car la situation risque de devenir très conflictuelle entre les usagers et les contrôleurs. J’ai pu assisté à de nombreux heurts ces dernières 48 heures.

De mon côté, je souhaiterai que l’information donnée au voyageur castel soit meilleure dans le sens où je n’ai pas entendu de contrôleur faire une quelconque annonce de suppression de train tout au long de la semaine, alors qu’il est aisé de le faire et de le rappeler : comme je l’ai dit souvent un usager prévenu peut prendre ses dispositions vis-à-vis de son emploi du temps, de son employeur, etc.

Les usagers ne transitent pas forcément dans les gares : l’affichage en gare n’est donc pas suffisant : à Château-Thierry de surcroît il n’a pas été fait sur les portes d’entrée de la gare mais sur un panneau un peu éloigné et non visible systématiquement. Une information orale peut également être faite sur le quai par une simple annonce, en rappelant l’affichage en gare.

J’attire votre attention sur le fait que l’an dernier à la même époque nous subissions les mêmes intempéries, des TER partaient effectivement avec 4 ou 5 voitures mais aujourd’hui nous n’avons plus que deux TER en heure de pointe. Les usagers constatent que les choses se sont dégradées.

Le CDIU avait évoqué cette situation dans un courrier du 31.12.09 adressé à l’époque à Geneviève CHANZY. La REGION PICARDIE avait été mise en information également (Mme DECOURTY et M. BEURDELEY).

La question à se poser aujourd’hui : si le matériel est vieillissant et entraîne des défaillances en période de gel et/ou de neige et une dégradation des conditions de transport des usagers, quels sont les investissements envisagés ?

Je mets Karim BENALI en copie car je pense que la situation des voyageurs à destination de CHALONS par exemple ne doit pas être meilleure au vu de l’ email qu’il vous a également adressé dernièrement

Et je rejoins totalement la position de l’ACCUS : l’usager et client subit la situation actuelle et son préjudice n’est absolument pas pris en considération.

Il serait souhaitable d’engager un dialogue sur ce sujet surtout si la situation doit encore perdurer ; l’hiver ne fait que commencer.

Merci de votre écoute.

Salutations les meilleures.

Christine GUICHARD
Présidente du CDIU

Conditions climatiques

La direction de la ligne TER vallée de la marne nous informe de suppression de train suite aux conditions climatiques.

Vous retrouverez l’ensemble des informations dans le Flyer ci-dessous.

Mise à jour du 15/12 : Ajout du flyer pour les suppressions du 15 au 17/12 pour les mêmes raisons !

Mais quels sont les raisons climatiques qui imposent des suppressions de train ? si je ne m’abuse, il ne neige plus ?!?

Flyer Suppressions du 10 au 14/12/2010
Titre: Flyer Suppressions du 10 au 14/12/2010 (41 clics)
Taille: 283 KB

INFORMATION

Le terrain RFF ( en cours d’acquisition par la CCRCT) va être provisoirement interdit d’accès et ce, jusqu’à la fin des vendanges.

Il s’agit d’une mesure préventive prise par la Ville de CHATEAU-THIERRY compte tenu de l’arrivée prochaine de gens du voyage. L’année dernière de nombreuses dégradations avaient été constatées, occasionnant des frais importants de remise en état.

Nous invitons les usagers à se garer sur les autres places de parking disponibles côté ETAMPES actuellement compte tenu de la période de congés.

Le CDIU reprendra contact avec la Mairie de CHATEAU-THIERRY, fin août afin d’examiner de nouvelles solutions de stationnement possibles, sachant que nous sommes tous conscients des difficultés croissantes des usagers à se garer chaque matin.

Le CDIU  reste vigilant également sur le projet de réaménagement du terrain RFF qui devrait naître en 2011 offrant une capacité de stationnement à hauteur de nos souhaits et des besoins des usagers.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés.

Bonnes vacances à tous.

La Présidente du CDIU

Le train reste bloqué : 400 passagers sur le quai

(Article paru dans l’Union le 26 mai 2010)

Le voyage avait déjà été long pour les 400 voyageurs d’un train en provenance d’Allemagne. L’incident d’hier matin a rajouté quelques heures à leur temps de trajet. Les perturbations ont duré toute la journée et avaient des chances de se poursuivre ce matin.
Un accident sur les voies est à l’origine de ces troubles. Ce mardi, entre 8 et 9 heures du matin, un rocher s’est décroché d’une paroi d’un talus situé sur la ligne Paris-Château-Thierry. L’éboulement s’est produit à hauteur du tunnel de Nanteuil-Saacy (Seine-et-Marne). En tombant, le bloc rocheux a semble-t-il endommagé l’infrastructure : 1 200 mètres de caténaire ont été arrachées.
Les câbles assurant l’alimentation en courant des locomotives étant hors service, la circulation a dû être interrompue. Premier train stoppé : un convoi de fret se dirigeant vers la Cité des Fables.
Rapatriés vers Meaux
Un autre train, de voyageurs cette fois, a subi les conséquences de l’incident. Arrivant tout droit d’Allemagne, il prenait la direction de Paris-Est.
Les 400 voyageurs, dont des dizaines de ressortissants allemands, ont été arrêtés en gare de Nogent-l’Artaud. Au bout de quelque temps, le personnel de société de chemin de fer les a pris en charge.
D’après nos informations, une cinquantaine de voyageurs attendaient encore vers midi. Des bus ont été affrétés afin de les conduire à Meaux. De la gare seine-et-marnaise, ils ont pu poursuivre leur itinéraire.
L’incident a provoqué de nombreuses perturbations sur la ligne. Vers 14 h 30, la circulation a pu être rétablie, mais de façon alternée. Les réparations devaient se prolonger cette nuit. Le retour à la normale est attendu ce matin.
L.B. et J.A.