Davantage de trains pour Paris, c’est possible ! Les usagers jubilent

(Article paru dans l’Union le 07 décembre 2009)
0000393857-0_w_230_h_230

CHATEAU-THIERRY (Aisne). Dans une semaine, les trains dits Transiliens seront plus nombreux pour se rendre à Paris. Jeudi, on fêtera l’événement gare de l’Est.

UN jeu concours pour gagner des voyages, des consoles de jeux, des entrées à Disneyland et un goûter. Pour fêter le lancement du « cadencement » sur la ligne P du réseau transilien de Paris-Est, la SNCF a mis le paquet. Il faut dire que l’arrivée du « cadencement » entendez « plus de trains qui partent à heure fixe tout au long de la journée et des horaires plus simples à retenir », c’est un beau cadeau de Noël pour les voyageurs « surtout du Transilien », note Christine Guichard, présidente d’un comité d’usagers castel (lire par ailleurs).
Le Transilien, c’est ce train à deux niveaux qui s’arrête à toutes les petites gares en partant de Château-Thierry jusqu’à Meaux, direction la capitale. « Il est surtout fréquenté par des Castels qui vont travailler à Meaux ou à La Ferté-sous-Jouarre », indique Mme Guichard qui ajoute : « Le matin, les voyageurs préfèrent prendre les deux TER (train expresse régionaux) de 7 et 8 heures qui sont directs sur Paris ». N’empêche, comme le reconnaît la présidente du CDIU, « C’est un plus ».
Plus tard le soir
Concrètement, dans le sens Château-Thierry/Paris, la desserte passera de 18 à 22 trains. Autre nouveauté, le premier

train partira à 5 h 03 contre 6 h 20 actuellement. Dans le sens inverse, de 19 trains on passera à 22. Le dernier départ de Paris est prévu à 23 h 50 au lieu de 22 h 50 actuellement.
« C’est une bonne chose pour les Castels qui veulent suivre un spectacle à Paris, ils seront de retour à 0 h 55 », indique Mme Guichard.
Les usagers de La Ferté-Milon ne seront pas en reste non plus. Puisqu’ils bénéficieront dès lundi prochain -date de la mise en route officielle- de davantage de trains aussi. Dans le sens Milon/Paris, la desserte passera de 11 trains dont 2 directs aux heures de pointe le matin à 20 trains dont 2 directs. Dans le sens inverse, de 10 trains dont 1 direct, on passera à 19 trains dont 2 directs. En voilà des bonnes nouvelles !
Frédérique PETRE

Réseau ferré de France lui loue la friche La Ville doit la nettoyer

(Article paru dans l’Union le 24 novembre 2009)
0000387277-0_w_230_h_230

A RFF on jubile. On n’enlèvera pas les détritus qui jonchent la friche à côté de la gare. C’est à la Ville de le faire, convention oblige !

QUI va nettoyer la friche appartenant à Réseau ferré de France (RFF) située sur la commune d’Etampes-sur-Marne et qui jouxte la gare castelle ? Nous posions la question dans notre édition du lundi 16 novembre. Et bien, ce n’est pas à RFF, aussi surprenant que cela puisse paraître. C’est à la Ville de Château-Thierry elle-même, de faire enlever les restes de moquettes, les sacs poubelles éventrés, les jouets démantibulés, et les autres ordures pourrissant sur le site depuis le dernier squat des gens du voyage. La nouvelle est tombée lors d’une réunion organisée avec RFF. Qui n’a pas manqué de brandir une convention passée fin 2008 avec la Ville. Cette convention, signée le 22 décembre 2008, permet à la Ville d’occuper pendant un an jusqu’à la fin de 2009, le terrain pour permettre l’accueil des véhicules des voyageurs allant travailler à Paris. Montant du loyer pour 10 000 m2 : 150 € par mois. L’occupant se chargeant d’entretenir les lieux et d’interdire l’accès des bâtiments aux usagers du parking. En y mettant du grillage ? La Ville ne l’a pas fait. Mal lui en a pris.
Le site sera muré en 2010
Maintenant, elle se retrouve obligée de nettoyer la totalité du terrain et pas seulement le site où se garent les véhicules. Pierre Simonneau, chef de service aménagement et patrimoine chez RFF, s’est bien chargé de le rappeler à Isabelle Jacob, première adjointe. « Ce n’est pas une catastrophe à nettoyer. Vous mettez une équipe avec une benne, ce sera vite fait ! » L’homme enfonce le clou : « L’arrêté d’expulsion des gens du voyage aurait d’ailleurs dû être demandé par l’occupant des lieux, c’est à dire la Ville. »
La municipalité castelle, face à la convention, ne peut nier les écrits. Elle va donc s’exécuter et ramasser les détritus. Elle a aussi envoyé un courrier à RFF, le 7 octobre pour ne plus reconduire la convention au-delà du 31 décembre prochain. De son côté, Réseau ferré de France a promis de sécuriser le site et de murer les bâtiments ouverts à tous les vents. Il va prendre une ordonnance d’expulsion – pour les squatteurs – et faire faire un constat d’huissier. « Tout devrait être fermé dans le courant du premier trimestre », note-t-on chez RFF.
Parallèlement, Réseau ferré de France ,qui souhaite toujours se séparer de ce bien, va engager un diagnostic général environnemental. Histoire de s’assurer que le site n’est pas pollué ou, si c’est le cas, estimer les dommages avant de prendre une décision. « Des carottages pourraient avoir lieu à plusieurs endroits », conclut Pierre Simonneau.
Frédérique PETRE

La Ferté-Milon On va préférer le train !

Et enfin, pour ceux qui ne l’auraient pas vu, voici le troisième et dernier article paru dans l’union le 29/10/2009.

0000374502-0_w_230_h_230 DE très bonnes nouvelles pour les usagers du train ont été annoncées lors du comité de ligne interrégional qui s’est tenu à La Ferté-Milon sous la double présidence de Daniel Beurdeley et Michèle Fuselier, vice-présidents du conseil régional, chargés des transports et de l’aménagement du territoire. Ces nouvelles concernent aussi bien les usagers des lignes La Ferté-Milon-Paris que Château-Thierry-Paris. Une très forte augmentation du nombre de trains est prévue : on passera ainsi de 18 à 22 transiliens de Château-Thierry à Paris et de 19 à 22 dans le sens du retour ; de 11 à 20 dans le sens La Ferté-Milon-Paris et de 10 à 19 dans le sens retour. Une plus grande amplitude des horaires est également prévue : le dernier train pour Château-Thierry partira de Paris à 23 h 50 (très commode pour ceux qui ont assisté à un spectacle dans la capitale). À l’inverse le premier train pour Paris partira de La Ferté-Milon à 5 h 02.
Augmentation des directs
L’augmentation du nombre de trains directs, la mise en service de nouveaux matériels, le cadencement (départ des trains à la même minute toute la journée) sont d’autres bonnes nouvelles accueillies avec satisfaction par l’assistance et notamment par le maire de La Ferté-Milon, Jean Clément. « C’est la plus grosse amélioration que j’ai vue en trente-deux ans de carrière, a déclaré Maurice Testu, directeur de ligne à La SNCF. Nous voulons fidéliser ceux qui actuellement n’ont pas d’autre choix actuellement que de prendre leur voiture : 48 000 personnes empruntent déjà chaque jour le réseau ferroviaire picard », a ajouté Daniel Beurdeley. Ces mesures (à part le changement de matériel qui sera progressif) entreront en vigueur dès ce mois de décembre.

étampes-sur-Marne / Incendie Trois voitures brûlées à la gare

ci-dessous retrouvez le 2eme article provenant de l’union, paru le 30/10/2009.

0000375189-0_w_230_h_230Une Seat Toledo partie en fumée, une Fiat Uno carbonisée et une Renault Clio détériorée par  propagation. Dans la nuit de mercredi à jeudi, plusieurs voitures ont été détruites par les flammes sur le parking de la gare SNCF à Etampes-sur-Marne.
Les trois véhicules appartenaient à des personnes résidant dans l’arrondissement. Elles avaient été garées par leurs propriétaires, qui empruntent le train pour se rendre au travail. Elles étaient stationnées à plusieurs endroits : la Seat et la Clio se trouvaient côte à côte, la Fiat quelques mètres plus loin.
Les faits se sont déroulés en plein milieu de la nuit, vers trois heures du matin. A leur arrivée sur les lieux, les sapeurs-pompiers de Château-Thierry ont contenu le sinistre. Les véhicules étaient déjà en grande partie embrasés.
Les gendarmes de la brigade de Château-Thierry se sont rendus sur place pour effectuer les constatations d’usage. L’origine du départ de feu serait volontaire. Une enquête est en cours.
En outre, la présence des militaires sur les lieux sera renforcée dans les jours à venir.

La Picardie a un train d’avance

Trois articles sont parus dans l’union ces dernier temps.

Retrouvez le premier de ces article ci-dessous écrit par Lucie LEFEBRE. suivre ce lien pour retrouver l’original de cet article du 29/10/2009.

0000374611-0_w_230_h_230AISNE. Transport high-tech. Ce bon vieux TER va pouvoir couler une retraite paisible. Celui que l’on qualifie déjà de « train du futur » sillonnera bientôt la Picardie, qui est l’une des premières régions à avoir passé commande auprès de la SNCF.

RÉGIOLIS : un joli nom de baptême pour celui qui a tous les attributs d’un super-héros.  Beau, grand, fort, intelligent et pour ne rien gâcher, écolo.
L’homme idéal en somme. Pour le rencontrer, il faudra se rendre en gare car Régiolis est un train, mais pas n’importe lequel.
« Le train du futur », annonce la SNCF.
La Picardie sera l’une des premières régions à se doter de ces trains hypermodernes : plus grands (jusqu’à 1 000 places assises), plus rapides (160 km/h contre 110 à 140 km/h actuellement), plus confortables mais aussi moins polluants grâce à un système de récupération de l’énergie produite au freinage, qui est ensuite restituée lors de l’accélération. Cette technologie équipe déjà certaines voitures hybrides, de même que les Formule 1.
162 millions d’euros
« Nous avions besoin de renouveler le matériel sur certaines lignes, Laon/Paris notamment. D’autre part, les Corails intercités arrivaient à bout de souffle vers 2015-2016. Nous avons donc saisi l’occasion en achetant 17 rames dont les premières seront livrées en 2013 », précise Daniel Beurdeley, premier vice-président du conseil régional chargé des transports.
Il en est persuadé, « le rail, moins polluant, moins cher et plus sécurisé, est le moyen de transport de demain. La preuve, certaines agglomérations remettent le tramway au goût du jour ».
Montant de cet investissement : 162 millions

d’euros. « Une somme importante », convient Daniel Beurdeley, mais pas tant qu’il y paraît quand on sait que chaque année, la Région investit 62 millions d’euros uniquement pour remplacer les anciens trains.
« La Picardie est l’une des régions qui a le mieux renouvelé le parc ferroviaire. Il y a quelques années, la moyenne d’âge des machines était de 25 ans : nous sommes aujourd’hui à 18 ans. Par ailleurs, nous occupons la première place, hors Ile de France, pour ce qui est du financement : nous sommes à 120 euros par habitant et par an. Une seule autre région est au-delà de 100 euros », fait-il valoir.
40 000 Picards sur les rails chaque jour
Si le rail est l’une des priorités en matière de transport, ce n’est pas par hasard. Chaque jour, 40 000 Picards prennent le train pour rejoindre la région parisienne, soit une moyenne de 107 personnes par train contre 72 au niveau national. Autant de voyageurs qui pourront vérifier si Régiolis tient toutes ses promesses…
« L’objectif est clairement affiché : faire en sorte que les Picards se déplacent en toute sécurité tout en leur offrant la possibilité de se reposer pendant le transport grâce à un environnement plus calme ; ou de travailler puisque ces trains seront tous équipés de prises pour les ordinateurs, ce qui n’est pas le cas actuellement », explique Daniel Beurdeley.
Reste une inconnue : avec toute cette technologie, les trains arriveront-ils à l’heure ?